Krugerrand

1 878,00 €
TTC

Fierté de la nation sud-africaine, le Krugerrand suscite la fascination à travers le monde. Auréolée d'un prestige à nul autre pareil, cette pièce de monnaie en or est la coqueluche des numismates. Une valeur sûre pour un investissement avisé !

Type de prix
Quantité


Quel type de transaction souhaitez-vous?

Total à payer 1878 pour 1 unité(s)
Cours du jour 1 878,00 €

Le prix indiqué est net.Hors frais de transport.

Caractéristiques

Pureté/titre : 917 ‰
Poids : 33,93 g
Diamètre : 32 mm
Début de frappe : 1967

Le Krugerrand, une pièce en or à cours légal

Avec 31,1 grammes d'or fin pour une masse totale de 33,93 grammes, le Krugerrand affiche un titre de pureté de 917 ‰. Son diamètre de 32 millimètres en fait une pièce aux dimensions généreuses. Émis pour la première fois en Afrique du Sud en juillet 1967, le Krugerrand est encore frappé chaque année par le South African Mint. Fait notable, il s'agit d'une monnaie à cours légal ne possédant pas de valeur faciale. Son prix d'échange est donc directement lié au cours de l'or.

Le Krugerrand, un engouement planétaire

L'acte de naissance du Krugerrand s'inscrit dans le contexte économique de la fin des années 1960. L'Afrique du Sud, qui dispose d'importantes ressources minières, figure alors parmi les principaux pays producteurs d'or. Pour soutenir la demande, le gouvernement sud-africain décide l'émission d'une pièce en or destinée à séduire les petits épargnants. Le Krugerrand est né !

Première pièce de monnaie contenant exactement une once d'or, le Krugerrand suscite un engouement immédiat. Dès 1967, 40 000 exemplaires sont mis en circulation. La production s'intensifie année après année pour atteindre 6 millions d'exemplaires en 1978. À la fin des seventies, la demande chute en raison des sanctions économiques infligées à l'Afrique du Sud par la communauté internationale durant la période de l'apartheid. Il faut attendre 1994 et la fin du régime ségrégationniste pour que la levée des sanctions libère à nouveau la demande. Au point de faire du Krugerrand la pièce de monnaie en or la plus vendue dans le monde !

Deux artistes pour une même pièce en or

Au chapitre des anecdotes relatives au Krugerrand, on notera que les deux faces de la pièce ont été conçues par deux artistes différents. Sur l'avers, réalisé par le médailleur berlinois Otto Schultz, on peut observer le profil de Paul Kruger, homme politique boer et président de la République sud-africaine de 1883 à 1902. Le revers, que l'on doit au sculpteur afrikaner Coert Steynberg, est orné d'un Springbok. Antilope gracile érigée au rang de symbole national sud-africain !

Les déclinaisons du Krugerrand

Le Krugerrand se décline en deux versions, qui possèdent chacune leurs spécificités esthétiques et monétaires. Historiquement, la première déclinaison mise en circulation fut la version « Belle épreuve », également connue sous le nom de « Proof ». Portant 220 cannelures sur la tranche, elle est considérée à juste titre comme la version la plus raffinée du Krugerrand.

Face à la demande internationale toujours plus soutenue, le South African Mint a dû éditer une seconde version, plus simple à frapper. Dans un souci de rationalisation de la production, le nombre de cannelures sur la tranche a été réduit à 180. Cette seconde version, dénommée « Bullion », est la version « Investissement ». Sa valeur d'échange est exclusivement dépendante du cours de l'or. Contrairement à la version « Belle épreuve », pour laquelle les collectionneurs consentent des écarts de prix liés à son raffinement...